• « De la justification Etats-Unienne d’une économie sans règles ni contraintes: Hommes, idées et réseaux »

    Author(s):
    Bernard SIONNEAU (see profile)
    Date:
    2019
    Group(s):
    Global & Transnational Studies, Political Philosophy & Theory
    Subject(s):
    Economic criticism, Economic history, Economics, Economic sociology, Economic theory
    Item Type:
    Blog Post
    Tag(s):
    critical thinking, critical policy studies, History of Economic Thought
    Permanent URL:
    http://dx.doi.org/10.17613/04t5-aj91
    Abstract:
    Les fondements politiques modernes d’une économie sans règle ni contraintes pour ses principaux agents sont à chercher aux Etats-Unis, dans une opposition, largement partagée, parmi ses supporters, aux réformes « libérales » (de gauche dans ce pays ») » contenues dans le New Deal (1933-1938). Engagées par un président démocrate Franklin D. Roosevelt (1933-1945) l’objectif premier de ces réformes était de corriger la crise économique et sociale issue de la grande dépression (1929). Cette crise, qu’un président républicain, Herbert C. Hoover (1929-1933) n’avait su anticiper, exposa, entre autres, les faiblesses de l’économie du « trickle down* » (ruissellement de la richesse) favorisée par son administration, ainsi que le manque de souplesse de ses politiques publiques. Elle fit perdre au parti Républicain sa réputation et la présidence, tout en plaçant à la tête de l’Exécutif un Président qui représentait ce que certains intellectuels et hommes politiques rejetaient. Nouvellement élu, Roosevelt jeta en effet les bases d’un « État Providence à l’américaine » qui augmentait la taille de l’État fédéral, tout en introduisant le keynésianisme dans l’économie.
    Metadata:
    Status:
    Published
    Last Updated:
    7 months ago
    License:
    All Rights Reserved
    Share this:

    Downloads

    Item Name:pdf de-la-justification-etats-unienne-d’une-économie-sans-règles-ni-contraintes-hommes-idées-et-réseaux.pdf
     Download View in browser
    Activity: Downloads: 20